Skip to content

de 1970 à aujourd'hui

Notre
histoire

Années 1970
Naissance
L’association Solidarité femmes 13 (ex SOS Femmes 13) a vu le jour dans les années 1970, dans un contexte d’émergence des mouvements féministes. Son objectif était clair : définir, promouvoir et atteindre l'égalité entre les femmes et les hommes.
Années 1970
Base d'un projet collectif
À Marseille, alors que le journal Le Monde vient de consacrer un article à l’ouvrage d’Erin Pizzey (1) : “Crie moins fort, les voisins vont t’entendre” (Ed. Des Femmes, 1975), quelques militantes réunies à la Belle de Mai posent les bases d’un projet de collectif. Des femmes du MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception) et de Choisir la Cause des Femmes les rejoignent.
1. Les femmes battues, B. Frappat, Le Monde, nov. 1975
1976
Dépôt des statuts
Le 17 Juin 1976, les statuts de l’association SOS Femmes sont déposés, avec pour objet de “ venir en aide aux femmes victimes de violences physiques et à leurs enfants, ainsi que tout mettre en œuvre pour que les femmes prennent conscience de leur oppression et deviennent ou redeviennent des personnes capables de se prendre en charge individuellement ”.
1976
1ère permanence
SOS Femmes ouvre sa première permanence au sein de locaux mis à disposition par la municipalité, au Boulevard National, à Marseille. C’est là que débute l’accompagnement des femmes dans leurs procédures judiciaires : un parcours du combattant au cours duquel elles sont soutenues, écoutées, entendues, crues. Au fil des années, l’équipe évolue et se compose de professionnel.le.s salarié.e.s. L’association a également recours à l’URIOPSS pour un soutien à l’organisation de la gouvernance et des délégations.
1987
Création d'une Fédération
En 1987, les coordinations développées depuis près de dix ans sont consolidées dans une Fédération : la Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF), dont le siège est à Paris.
1987
Fusions
Au fil des années, une diversification des sources de financement et des missions amène l’association à se structurer différemment et à fusionner avec d’autres structures dans les Bouches-du-Rhône : le Passage à Istres, Stop Violence Femmes à Aix-en-Provence, intégration d’une salariée de l'association marseillaise SOS Viol...
2013
SOS Femmes 13
En 2013, l’association adopte le nom “SOS Femmes 13”.
2013
2021
Renaissance !
En 2021, elle devient “Solidarité femmes 13” !
2021

Solidarité femmes 13 aujourd’hui

Aujourd’hui, nous sommes l’association de référence dans le département des Bouches-du-Rhône en matière de lutte contre les violences conjugales ou sexuelles.
Nous intervenons exclusivement sur les territoires des Tribunaux Judiciaires de Marseille et d’Aix-en-Provence.
Notre équipe professionnelle composée de 27 salarié.e.s est répartie entre Marseille, Aix-en-Provence, Istres et Port de Bouc. Si vous résidez ou travaillez sur le territoire du tribunal judiciaire de Tarascon, vous pouvez vous adresser au CIDFF d’Arles.

Solidarité femmes 13 porte de nombreuses actions soutenues par les pouvoirs publics, et est également titulaire d’agréments au titre des établissements sociaux et médico-sociaux.

Au total, nous recevons près de 2 500 femmes par an par téléphone ou dans nos locaux !

0 %
des victimes sont des femmes*
0 %
d'agresseurs sont des hommes**

Et les hommes, alors ?

Nous apportons aide et expertise à toutes les femmes victimes de violences conjugales et sexuelles, ainsi qu’à leurs enfants.

Si vous êtes un homme victime de violences, ou si vous connaissez dans votre entourage un homme victime de violences, nous vous recevrons pour un entretien afin de vous informer et de vous orienter vers des structures plus adaptées.

*88% des victimes de violences commises par le partenaire enregistrées par les services de police et de gendarmerie sont des femmes.
** 94% des personnes condamnées par des faits de violences et entre partenaires sont des hommes.
La Lettre de l’Observatoire National des Violences faites aux Femmes, MIPROF, 2019

Un nouveau projet associatif

Le 27 janvier 2021, nous avons voté en assemblée générale extraordinaire notre nouveau projet associatif, qui s’articule autour de quatre axes :

1

Réaffirmer notre identité associative.

2

Poursuivre la structuration de nos services.

3

Qualifier notre expertise dans le domaine des violences conjugales.

4

 S’ouvrir plus largement sur la question des violences et des questions de genre.